nom masc.
date ARGENT
FEW XXV 192a : argentum Mes le metal est fet de buee moiste et apelon metauz ceux qui se fondent et que l’en peut amolier et demener si comme fer, or, arein, plon,argentet teue manere de minere. Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, III, fol. 39r. Métal* d'un blanc brillant, fait d'exhalaison* humide, susceptible de fondre ou d'être souple. Si vos volez faire l’estaim asemblerargent, prenez estaim, si le fundez pois prenez un poi de poudre de peiz e metez al estaim, e ceo ferat l’estaim cler. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Le livre Ypocras, 1ère moitié du XIVe s., fol. 180r. la espesse d’argent que est argenteité ne se transmue pas en espesse d’or que est aureité. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., II, 9, p. 82. purgiez par cyment et par cendre chascun selon sa nature, l’or par cyment et l’argent par cendree. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., II, 19, p. 100. et pour ce, qui veult ouvrer d’argent de miniere en ceste oeuvre faut il qu’il soit depuré par sa cendre ou par la compele. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., I, 9, p. 83. Ce métal*, en tant qu'il possède des caractéristiques, notamment de brillance, qui peuvent être données à d'autres métaux, à partir d'opérations alchimiques simples. On retrouve ce même type de considération pour le cuivre ou l'airain, notamment dans les réceptaires. [I. Vedrenne-Fajolles] Aucune fois fait on clistere d'argentou d'archaut, ou d'airain fondut ou mailliet; et aucune fois fait on de ces estrumens petis et grans, selonc ces a cui il sont amenistrez. Anon. [Albucasis], Cyrurgie, ca 1250, fol. 48ra. As oreilhes confortent cestes choses: [...] sovent et suement les oreilhes monder od un estrument de fust, mais plus vaut se il soit d'argentet molt plus vaut se il soit d'or. Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 556. A chascune livre de cire doit avoir une once de poudre et .iii. hanas d'argentpresque plains d'oile. Jean Pitard, Réceptaire, ca 1300, fol. 3va. Ce métal*, en tant qu'il est parfois considéré comme d'un usage préférable pour fabriquer des instruments chirurgicaux, pour contenir des préparations médicinales, pour être en contact directement ou indirectement avec le corps du malade dans le cadre de traitements. Prenez blanc plum e le escuin deargent, si le destemprez od eisil e od oile roset. Cist oignement valt a feu saniange e as autres arsons que aperent al quir dehors. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Le livre Ypocras, 1ère moitié du XIVe s., fol. 178v. Ce métal*, en tant qu'il est utilisé une fois réduit en limaille dans des préparations médicinales. argent vif VIF ARGENT Aprez, il y a ung autre signe que la fame a conceu masle, son lait est plus groz et visqueux et non pas tenve ne aigueux ou plain d’eaue ; et, s’il est distillé sur un mirouer au solleil, il semble aussi comme une petit piece d’argent vifou une margarite, et ne flue point ; et s’elle a conceu femelle, il est tenve et aigueux, et flue, et s’espart tantost sur le mirouer. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Le livre Ypocras, 1ère moitié du XIVe s., p. 123. Maint jor se sunt maistre desputé de faire tourner une ruee par li seule : ves ent ci com en puet faire par maillés non pers u parvif argent. Villard de Honnecourt, Carnet, 1235, fol. 5, p. 49. Métal* liquide, mercure. vif argent VIF ARGENT Pur gute aguere bon oinement:Pernez viel oint evif argent, /De franc encens e de mastic, /E de peivre i eit petit ; /Seit chescun triblez par sei /E od veil oint ben mellé ; /Dunt ki i met le vif argent / Anon., Novelle Cirurgerie, ca 1250, fol. 73ra. Ceste maladie cureras tu en tel manere: Pren soffre vif, commyn,vif argent, eleboire blanc, staphisagrie de chacun une once. Anon. [Roger de Salerne], Chirurgie 1, Sloane 1977, XIIIe s., fol. 17r. Prenés .ii. drames devif argentet .iv. drames de souffre et .vi. drames d'encens […]. Jean Pitard, Réceptaire, ca 1300, fol. 9ra. Ce métal* en tant qu'il possède des vertus médicinales. vif argent VIF ARGENT Cestes choses funt mal a la cervelle :argent vif[…]. Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 528. Ce métal* en tant qu'il peut nuire à certains organes du corps humain. Argent vif et aussi se peut traire tant seulement de l’argent vif plus prochainement et plus legierement cum il soit pere d’icestes deux lumierez par raison de leurs propres naissemens, par nature, et il soit racine de toutes choses liquables et fusibles. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., II, 7, 80. Tel soufre ne entre pas en nostre art car il n’est pas de la substance a l’argent vif, ne de sa parfection, cum il ne fait que nigrifier et corrumpre toute chose ou il est ajousté. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., I, 3, p. 74. L’argent vif a en luy terreenque fetulence et adustion, disconvenience sans inflamacion et substance de aquosité puante. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., II, 2, p. 88. Mais li metaulz se different en leur composicion de l’argent vif selon ce que le mercure estoit pur ou nom pur du souffre ordé, puant, noir, terreent, estrange. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., I, 2, p. 72.