nom fém.
date AVANCE
FEW XXI 187a : AVENCE AVANCIE AVANDE AVENDE AVENTE BENOITE Dès 1889, Joret corrige GD et propose l’identification de la plante avec labenoite des villes,geum urbanum L.. Il rappelle également qu’amère et astringente, la racine de la benoite est un succédané du quinquina et que Pline la recommande pour les douleurs de poitrine et de côté. Cette identification est adoptée par tous les éditeurs de réceptaires par la suite, jusqu’à Södergård qui, tout en la rappelant, propose une hypothèse concurrente où l’avancecorrespondrait aupied de lièvreen f. mod (outrifolium arvense L.). Dans son tome XXI consacré aux mots d’origine inconnue, s.v.benoîte(187a), FEW mentionne l’existence de formes en latin médiéval, à partir du milieu du XIIIe siècle :avencia,aventia,avancia. [I.Vedrenne-Fajolles] Les attestations françaises et médio-latines signalées dans le FEW se trouvent dans des recettes ou des glossaires et ne comportent pas plus d'informations botaniques que le corpus du DFSM. Les éléments de définition que nous proposons sont tirés d'une notice de Vincent de Beauvais sur la plante nommée "gariofilata", identifiée par Albert le Grand à la "benedicta". Le lien avec la plante nommée "avance" au Moyen Âge est donc très indirect. [C. Rochelois] Herbe* à feuilles assez commune, chaude et sèche au second degré. AVENCE AVANCIE AVANDE AVENDE AVENTE BENOITE Texte encyclopédique Prenez la parvanche reonde con claimeavandeet destremprez en vin si li donez boivre et se aucuns aitchues longuement les fievres eschauffoit for bien et puis entroit en la riviere por refroidier et puis s’eschauffoit derechief et puis se refroidoit en l’aigue et en boive de cele herbe si vomira et getera fors toutes les fievres. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Lettre d'Hippocrate 1, ms. 693, 1240-1250, fol. 88r. Autre emplastre : /Seit le festre u freid u chaud, /Avencea beivre mult li vaud, /Kar le jur ke la bevera, /Ja le mal ne crestera. Anon., Novelle Cirurgerie, ca 1250, fol. 72va. Autre ongnement por saner les plaies et les apostumes. R. Quinquefuelle,avancie, morfuel, herbe Robert, lancinee, violaire, consaude maiour ygalment .1. poi plus d’avanceque ele ne recloe tost et .1. poi mains de morfuel, char il point ; bat les .VII. herbes dites ensanle et les cuis ensanle a craisse novele sousfissant et i met .1. poi d’encens et sachiés que tout li ongnement devant dit qui sunt confit des herbes et des autres coses doivent estre confit en mai u en waïn viers le fieste saint Remi. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 9r-9v. Qui volt faire bon entret, prenge cire virgine 3 unces e de peiz 1 unce e sur? de moton 3 unces e franc encens 2 unces e peiz reisine 3 unces ; pois prenez sanicle, bugle,avende, ache, ceste armoise e orpiment de chescun treis poignez ; pois si le triblez e premez le jus hors ; pois sil metez le jus e tut l’autre en une paele sur le fu e le face bien quire ; pois le colez parmi un drap en un basin, si le lesser ester ; e quant il serrat refreidi, si ostez la fundritte od un cotel e le remenant metez en boistes. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Le livre Ypocras, 1ère moitié du XIVe s., fol. 179r. Cette herbe* en tant qu'elle possède des vertus médicinales, et notamment qu'elle fait tomber la fièvre et soigne les plaies.