nom fém.
date ADUSTION
FEW XXIV 188a : adustio ...la mer est de grosse substance et seche pour la consumption de sa soubtille humidité et pour leadustionde sa terrestreité. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, XXIII, 10, fol. 95v. Altération des éléments* naturels par l'action d'une chaleur* excessive. Celle manie est engendree de pure colle bruslee ou de colle naturelle moult enflambee, aussi comme melencolie d'umeur melancolique naturel ou engendree paradustionde sang ou de fleume doux. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 120. et s’elle [matiere] recloit [sic, corr : reçoit]adustionou trop intensive challeur, ou aucune qualité estrange et venimeuze, elle pourra causer manie Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 213. Et pource ausi samblablement es cors humains se font grans chaleurs et gransadustions, et ce dit Aristotes pource que nos cors se muent selonc la maniere de l'air qui nous avironne, si comme il dira cy aprés, et de tels adustions et commotions de humeurs se font les fievres et les obtalmies desus dites, les fievres quant teleadustionset tele chaleurs se fait en tout le cors, et les obtalmies quant elle se fait es yeuls. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 8, fol. 16r. Item note que sanie, jassoit ce que elle soit plus chaulde de chaleur accidentelle que fleume, toutesfois sanie mise en eaue va au fons, car elle est terrestre et gilbouseuse et a plus grandeadustionet incineracion. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 11. Altération des humeurs* ou de la matière* par l'action d'une chaleur* excessive. Le terme serait apparu dans la traduction d'Henri de Mondeville (1314), par emprunt au latin adustio, attesté dès Pline l'Ancien. Andrac et charboncle, ce sont apostumes petites et pustulles venimeuses et en charboncle est plus grantadustionet le lieu est noir come charbon. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, I, 18. Altération d'un membre* du corps par l'action d'une chaleur excessive, inflammation, notamment en parlant de la peau. CAUTÉRISATION et pour ce que nous avons plus grant paour de flux de sang excessif en ydropique, faison nous cauterizacion ouadustion; Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 177. Pour quoy est ce que lesadustions, c’est a dire les ignitions ou les cauteres qui sont fait es membres nutritis, se garissent tost ? Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 35, fol. 36v. Action de soumettre la peau, une plaie, une partie du corps à une chaleur excessive pour soigner en brûlant et en détruisant la partie malade. Il est sauvé de touteadustionet de toute ardure. Anon. [Pseudo-Arnaud de Villeneuve], Le Rosaire des philosophes, XIVe s., p. 74. Fait de brûler, en parlant d'un métal. La premiere maniere de lor force et de lor vertu est quant eles sunt orientals del Soloil et ont laissié l’adustion et corent au matin devant le Soloil, si que lor naissemenz de orient viegne devant le Soloil. Anon., Introductoire d’astronomie, ca 1270, livre II, ms. fr. 1353, fol. 48ra. Et le adustions autresit est male quant ele est faite es devant diz leus, quant la Lune est pres del Soloil meins de .xij. degrez en le adustion. Neporquant, ele est meins nuisable en le issue de l’adustion que en l’entree. Anon., Introductoire d’astronomie, ca 1270, livre II, ms. fr. 1353, fol. 49ra.

Chaleur excessive, nuisible à la Lune ou à une planète lorsqu'elle trop proche du Soleil.