nomen
date ARTEMISIA
lat.: artemisa ARTEMESIA ARTHEMESIA ARMOISE CARISTELLUM REGIA MERE DES HERBES Arthemesia, c'est armoise. Il en est de trois manieres. C'est assavoir la grande, la moienne et la meindre, [La grande] est autrement appellee la mere des herbes. Les Romains l'appellent regia ; les autres l'appellent caristellum. Anon., Grant herbier (Secrets de Salerne), XVe s., p. 38. De armoise, deartemesia. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, table générale des matières, livre VI, chap. 9, fol. 4r. Herbe* chaude* et sèche* avec des feuilles plus grandes et grasses que l'absinthe*, de longues tiges et de petites fleurs blanches odorantes en été. ARTEMESIE ARMOISE Item le jusartemisiaemelé avec ule kemune, doné par treis jors tevelet, ote carteine. Anon., Traité sur les fièvres, ca 1190, fol. 246r. Cette herbe*, dont les feuilles, les fleurs et les racines sont utilisées en décoction ou en emplâtre pour soigner des maladies de la vulve et de la matrice*, contre la stérilité causée par l'humidité, pour faciliter l'extraction d'un enfant à naître mort, pour provoquer les fleurs*, pour soulager la fatigue des pieds, les maux de têtes, les maladies de l'estomac, contre la pierre*, les vers, les parasites de l'oreille et les écrouelles, pour mettre fin à une fièvre quartaine.