nom masc.
date ALOÈS-1
FEW XXIV 345b : aloé En français moderne, le terme "aloès" désigne d'une part la plante grasse exotique appartenant à la famille des liliacées (Liliaceae), dont on extrait un suc aux usages divers, et d'autre part, un arbre exotique du genre Aquilaria, ainsi que son bois aromatique (Aquilaria agallocha). Au Moyen Âge, les deux sens existaient déjà pour les différentes formes graphiques d'aloès. Néanmoins, Jean Corbechon, à la suite de Barthélémy l'Anglais, distingue clairement l'arbre nommé "aloes" (Propriétés, XVII, 5) et la plante grasse nommée "aloe" (Propriétés, XVII, 6). Cette distinction étaient ainsi formulée chez Papias : "Aloe species aromatica amarissimi sucis haerba, resistens vermibus et putredini. Aleo in India gignitur et arabia arbor odoris suavissimi ac summi." (Papias, Vocabularium, Venise, 1496, p. 17 ; certains manuscrits opposent ainsi les formes aleo et aloe avec une distribution variable).Cette entrée ALOES-1 concerne "aloès" au sens botanique d'arbre (Aquilaria agallocha). Le corpus semble indiquer que la graphie avec -s est stable pour ce sens : l'arbre et son bois sont toujours désignés par la forme "aloes".[C. Rochelois] Aloésest un arbre aromatique qui croist en Inde, sicomme dit Papie. Cest arbre est de si tres soueve odeur que on le souloit presenter sus l'autel pour en faire la fumee devant Dieu, aussicomme nous faisons d'encens. Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XVIII, 5, fol. 244v. Arbre aromatique qui pousse en Inde. Boiz d’aloesest une manière de fust de couleur trouble et de amere saveur de chaude et seche nature. Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste, 1426, p. 176. Il est III manieres de ce fust, sicomme dit Constantin, dont l'une est moult pesant et plain de neux et bien aromatique, et est amer au goust et de brune couleur, et n'est pas trop dur soubz la dent ; et quant on le mache, l'odeur en Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XVII, 5, fol. 244v. Le bois de cet arbre, plus ou moins amer, brun, odorant et agréable à mâcher, selon les variétés. ALOES SAUVAGE Il est un autre fust qui est moult semblable aaloesen pesanteur et en couleur et est un pou aromatique et est d'aucuns appelléaloéssauvage ; et est on souvent deceu en achatant pour l'un l'autre, car le sauvagealoés, quant il est froté de plomb, prant la couleur du vrayaloéset, quant on y met de l'ordure des oreilles, il en devient amer ; Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XVII, 5, fol. 245r. Bois qui ressemble au bois d'aloès, peu aromatique et difficile à mâcher. FUST d'ALOES LINALOES LIGNIS ALOES LIGNO ALOES [...] et se li foiblece avient por ce qu'il est trop purgiés, si doit prendre jus de gelines, et faire soupes dedens à cardamonde et de caniele, et mangier .I. pau de geline et de piertris, et boire vin tempré en ewe caude, et doit flairier roses, mertilles, musc, lignoaloes. Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, 55. ..et facent [[les homes qui ont passé .LXV. ans]] pourfumer leur lis et leur cambres où il demeurent delinaloes, de mirre, de ambre, d'estorac calamit, et usent de ces laituaires, si com diacinamomi, dyatrion, piperon, diegiengibreos, dyaireos, dianisi, diantos, et tous autres caus laituaires Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, 82. Si prendrez letuaires aprés / K'est nomé lignisaloés, / K'est en livres de mescines escrit / Coment e de ki, est cumfit. Pierre d’Abernum, Secret des Secrets, ca 1270, v. 1678-1681. Le cuer confortent cestes choses : [...] majorana, le fust d'aloés, basilicone, sa semence... Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 616. […] et telles choses aromatiques doivent estre chaudes, de fait et en vertu ; et pour ce disoit le commentateur en expliquant, telles choses comme sont cassia lignea, costum, amomum, cinamomum, gariofil,lignum aloeset leurs semblables, si com musc, saffren. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 107. Bois d'aloès, en tant qu'il possède par son odeur plusieurs propriétés notamment pour parfumer un lieu ou rendre de la vigueur au corps.