adj.
date AGRESTE
FEW XXIV 269b : agrestis SAUVAGE CHAMPÊTRE DE BOIS

L'adjectif agrestes s'emploie par opposition à ce qui est cultivé; la citation fournit un antonyme en ancien français : domesce. [F. Vigneron]

Autre ongnement a saner les plaies et a netoier et a engenrer boine char. R. Armoise, consaude maiour, saugeagresteet domesce, pinpernele, pas ceval, langue de buef, cennevé, confis en cel maniere, pren le jus de ces herbes pestelees et pareles de cascune lb. Demie, oile d’olive, cire, siu de mouton ygaument onces .1111., apostolicom once une, encens, mastic ygalment onces .111., miel onces .111., trivle ce qui fait a trivler, fon çou que tu dois fondre et melle les coses devant dites et les cuis a petit fu jusques atant qu’il soit espes et le garde a ton usage. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 9. Qui pousse sans être traité par les soins de l'homme, en parlant d'une plante sauvage.
SAUVAGE CHAMPÊTRE DE BOIS Les spécifications plante sauvage ou plante cultivée - pour un même type de plante - sans être légion, apparaissent régulièrement dans les recettes thérapeutiques médiévales, que ce soit pour signaler que l'emploi de l'une ou l'autre plante est indifférent comme dans la citation infra ou au contraire pour indiquer qu'il faut de préférence utiliser l'une ou l'autre. Rappelons que la culture de certaines plantes a amené des évolutions, et que les espèces sauvages et cultivées peuvent présenter des vertus médicinales ainsi que des usages diététiques ou thérapeutiques différents. D'un point de vue lexical, en face de sauvage, champêtre, de bois, nous trouvons les adjectifs domesche, domestique, ortulaire ou les syntagmes lexicalisés de cortil, de jardin. Cette richesse lexicale marque la place qu'exerce ce type de distinction dans la pharmacopée médiévale. [I. Vedrenne-Fajolles] Autre ongnement a saner les plaies et a netoier et a engenrer boine char. R. Armoise, consaude maiour, saugeagresteet domesce, pinpernele, pas ceval, langue de buef, cennevé, confis en cel maniere, pren le jus de ces herbes pestelees et pareles de cascune lb. Demie, oile d’olive, cire, siu de mouton ygaument onces .1111., apostolicom once une, encens, mastic ygalment onces .111., miel onces .111., trivle ce qui fait a trivler, fon çou que tu dois fondre et melle les coses devant dites et les cuis a petit fu jusques atant qu’il soit espes et le garde a ton usage. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 9.

Qui pousse sans être traité par les soins de l'homme, en parlant d'une plante sauvage, en tant que cette plante présente par rapport à la plante cultivée de la même famille des caractères particuliers pour une recette médicale.