nom fém.
date CONGÉLATION
FEW II-2 1047b : congelare CONGELLACION CONGELACION Et especialment Jehan Mesue ou livre des Consolacions de medecine, ou premier chapitre, dit que nous confortons les medecines narcotiques et stupefactives en III manieres ; en abessant et remetant la superflue froideur d’icelles et lacongellacion, et ainsi nous y mettons avec l’oppion ou autre narcotique, castoreum et saffren... Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 184. Froid* extrême, en parlant de la qualité* d'un traitement. Et pource dit Haly Abbas que lacongelationdes dens se fait quant aucuns masche aucune chose aygre ou sure, ou quant il ha en l’estomac aucune tele humour, et tel chose est par nature froide. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 37, fol. 38v. Les passions des dens sont nombrés (...) V. ou VI. comme douleur, corrosivez,congellacion, dormitacion, limosité ou fetide, casus seu commotio. Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, tr. VI, doct. 2, chap. 2. Sensation de froid vif, au niveau des dents malades, au contact avec un aliment froid ou aigre. Congellacion, c'est passion de la partie de darier du cervel par laquelle on pert le sens et le mouvement en tout le corps. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, II, 14. Perte de la sensibilité d'un organe ou d'un membre. COAGULATION COAGULEMENT Car lacongelacionest dissolucion du coprs claciné penetraire, si que le coprs est meslé avecques l'esperit. ANON. [Arnaud de Villeneuve], Fleur d’Alkemie, XVe s., p. 82. Transformation d'une substance d'un état liquide à l'état solide.