nom fém.
date CAMOMILLE
FEW II 1 148a : camomilla CHERMIERE En français moderne, le nomcamomilledésigne plusieurs espèces de plante à fleurs blanches. La définition proposée évoque la couleur des fleurs, car cela constitue un repère sûr dans la vision médiévale de cette plante ; mais il est difficile de préciser si le Moyen Âge distingue diverses espèces à fleurs blanches, notamment la grande camomille (taxinomie moderne: Tanacetum parthenium (L.) Sch.Bip., famille: Asteraceae) et la petite camomille (taxinomie moderne: Matricaria chamomilla L., famille: Asteraceae) . En français moderne, le nomcamomillepeut désigner également des plantes qui ont des fleurs jaunes ou roses. Si on reprend Pline l'Ancien (Histoire naturelle, XXII, 53-54), on peut citer, comme peut-être connues au Moyen Âge: l'anthémis rose (taxinomie moderne: Anthemis rosea Sibth., famille: Asteraceae) et la matricaire dorée (taxinomie moderne: Matricaria aurea (Loefl.) Sch.Bip., famille: Asteraceae). [F. Vigneron] Camomilleque aucuns appellent chermiere. Anon., Grant herbier (Secrets de Salerne), XVe s., p. 91. Herbe* à fleurs blanches. La camomille a l’ancienne réputation d'être emménagogue et sédative, digestive; elle est aussi l’herbe des refroidissements, cf. P. Lieutaghi,Jardins de savoir, jardins d'histoire, Salagon, Les Alpes Lumières, 1992. [M. Goyens] Et quant li tans vient de delivrer .xv. jours ou .iii. semaines devant, si se doit baingnier, cascun jor, en ewe ou soient cuites mauves, violetes, semences de lin, fiens grec, orge,camomille. Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 72. La pugnasie soit ostee o lavemens qui sont de ydromel, mirre, sandalles, roses, violes, nenufar,camomille, mellilote, canfre et o choses semblables de bonne odour. Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 1576, p. 69. Uncore iert esperance si li malades feverous vivera ou non. Quisez un herbe que ad noncamomilleod le flurs e od les foiles. E gardez qu'ele soit quite en le signe de Ariete. Triblez si la sechez el solail e puis quant mester est, si oignez tut le plus de celui que est feverous e si lui donez a boivre : ensement od elbe puis coverez le bien e lessez issi un houre. E si il suet par tut le cors : enfin viverat. Anon. [Pseudo-Hippocrate], Le livre Ypocras, 1ère moitié du XIVe s., fol. 171r. [...] et l'enfant soit baigné en eaue ou soient cuytes des fleurs decamomilleet de roses et de semence de fenugrec. Nicole Prevost [Guillaume de Salicet], Cirurgie, 4e quart du XVe s., I, 2. Se ceu non, si prent .i. pot, et fai .i. pertus ou cuvercle, et i met herbes que puissent ovrir la bouche de la marris, si com calament, rue, anis,camomille, cassialigne et centoire; toutes ces herbes, ou aucunes d'eles, soient cuites ou pot en aigue sus le feu; puis met une caine ou pertus dou pot, et l'autre chief en la bouche de la marris, et la teigne tant que li vapors viegne dedens la marris; puis la fai estemuer, si com nos avons dit. Anon. [Albucasis], Cyrurgie, ca 1250, fol. 45vb. Cette herbe* dont les fleurs et les feuilles sont utilisées dans diverses préparations pour leur vertu curative. Huile de camomille CAMOMILLEON De flux pour clausion de porres. Toutes fricacions par tout le corps et le oindés de huylle decamomil. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, V, 14. Au commencement on doit oster la opilacion en frotant le pis, le ventre et les costes [...] de vinaigre blanc et de olycamomile. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, p. 9. Produit concentré extrait à partir de cette herbe*. oignement de camomille R. [pour neu]. Armoniac blanc et pur sans mixtion une once ou plus, quasse le .1. poi et le tempre par .111. jours en .111. onces ou en .1111. de fort vin aigre, met sus le fu et fai boullir tant que li vins aigres soit pres degastés et aprés le met jus dou feu et esten sus .1. cuir et met sus le liu malade et renouvele .11. fois le jour ; toutes voies avant que tu faces çou, oing le liu par .111. jours de dyalté et d’oignement decamomille. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 68v-69r. Préparation médicale contenant des fleurs de cette herbe* ou du produit concentré qui en est extrait, appliquée sur la peau pour ses vertus curatives.