nom masc.
date COL
FEW II-2, 917a :  collum D'après Henri de Modeville, qui offre ici la plus ample description anatomique, le col réunit la tête à la poitrine, compte sept spondilles* (f. mod. vertèbres) et deux cervices*, (éléments de la nuque), ainsi que la gorge, qui fait suite à la bouche, et permet le passage de la voie de l'air (f. mod. voies aériennes : pharinx et larynx, reliés au haut de la trachée artère) et de la voie de la viande (f. mod. partie haute de l'appareil digestif, sp. pharinx en lien avec l'oesophage). (IVF) COU Se il avient que plaie soit faite ou col d’espee ou de tel chose et aucune vaine orguenal soit trenchié, tu le garras en tel manere […] Anon. [Roger de Salerne], Chirurgie 1, Sloane 1977, XIIIe s., § 3. et s'il ne l'est, se li fai .iij. cauteres des emmi le chief en dessendant jusc'a col, et ait d'espaice entre chescun cautere .i. doi de gros. Anon. [Albucasis], Cyrurgie, 10227, 1373, milieu XIIIe s., éd. Trotter, fol. 4va, 11. Les venteuses c'on met sor le caon de col si font bien à le doleur des espaules, et as doleurs de le gorge et à tous les menbres du visage ; et font bien à chiaus cui li tieste crolle. Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 41, 15. Unes berbelettes vermeiles nesent en la face et mut enleidissent la dame. Issi les poez oster : sengiez la dame suvent del braz de la veine capitale et faites ventuser del col et destemprez jus de aluine et de parele od alum et metez sure. Anon., Ornement des Dames, ap. 1250, p. 60. Aprés chou useras suffumigations d'erbes acordans al tens e a ta complexion, car ce oivre les clostures de la cervelle, le col et les bras engrosist, la face clarefie et la veuwe ; plus tart om devenra chennu. Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, éd. Y. Schap. auwecker, l. 268, 32. Le col est tout ce qui est contenu entre le chief et les espaules, et entre le menton et le pis. Le col est composé de .4. parties, c'est de .7. spondilles et de .2. cervices, de la goule et de la gorge, et ovecques ces, les choses qui passent par la gorge, si com la voie de la viande et de l'air qui ne sont pas de la substance du col. Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 251, p. 73, 38 57. ...vienent les maladies qui s'ensuivent : parithimie, impulsions des spondilles du col, asmate. Martin de Saint-Gilles, Amphorismes Ypocras, 1362-1363, p. 70. Partie du corps qui unit la tête au reste du corps, caractérisée par son étroitesse. Col de la matrice. En f. mod., vagin. Car le col de la matrique est aussi com la verge de l'omme, et la matrique s'a ainsi au regart du vit com s'a l'orinal. Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 419, p. 111, 38 57. ...dedans le col de la matrice ou le con. Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, tr. I, doct. 2, chap. 7, 74. Et en une femme en lieu de la verge se fait le col de la matrice. Nicole Prevost [Guillaume de Salicet], Cirurgie, 4e quart du XVe s., IV, 4. Partie du corps qui unit la matrice à la vulve. Col de la vessie. Et s'elle ne chiet au touchier dou tout, si moille ton doi indice d'oile de la main senestre, se li malaides est enfes, ou ton doi moien, se li malaides est jovencelz acomplis ; et le boute en son fondement, et quier la piere, et quant tu la sens a ton doi, si l'amoine au col de la vessie. Anon. [Albucasis], Cyrurgie, 10227, 1373, milieu XIIIe s., éd. Trotter, fol. 38ra, 11. ...a cause de l'interposition de la matrice entre le col de la vessie et le cul Nicole Prevost [Guillaume de Salicet], Cirurgie, 4e quart du XVe s., I, 47. Or venons a la cure. Se la pierre est ou col de la vecie. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 12. Partie du corps qui sert à évacuer l'urine de la vessie, conduit urinal*.