nom fém.
date CHÉLIDOINE-2
FEW II 634a : chelidonia CHELIDONIUS ARONDELLE Le chélidoine, ou pierre d'hirondelle, est une concrétion rougeâtre ou noirâtre qui se forme dans les organes creux de certains oiseaux, et notamment des hirondelles, d'où aussi son nom (chelidonius, a, um: 'qui appartient à, ou provient de l'hirondelle'). On le récupérait en ouvrant le ventre d'une hirondelle toute jeune pour y chercher cette pierre, ou bien en fouillant un nid d'hirondelles qui avait été habité pendant au moins sept ans. Les vertus que l'on attribuait au célidoine variaient en fonction de sa couleur (Hanns Bächtold-Stäubli, Eduard Hoffman-Krayer, Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, VII s.v. Chelidonius). L'hirondelle était censée avaler cette pierre dans le Celidoineest bone, nun bele ; /El ventre creist de l’arundele. /De vertu veint assez des cheres. /Dient k’el est de dous maneres, /Dous sunt trové, de dous culurs : /L’un trait a neir, l’altr’ a rovurs. ANON. [Marbode], Lapidaire. Première version en vers, XIIe s., éd. P. Studer et J. Evans, XVII, v. 395-400. Aussi la pierre rousse de l'arondele qui est apeleecelidoyneliee et portee ou bras destre. Jean Pitard, Réceptaire, ca 1300, fol. 19vb. Pierre* rougeâtre ou noirâtre que l'on trouve dans l'estomac des hirondelles.