nom fém.
date CHÈVRE
FEW II 295a : capra DORCON CHIEVRE Une beste est que on apele en grieu "dorcon", c'est "chievre" en françois. Pierre Beauvais, Bestiaire, 3e quart du XIIIe s., av. 1268, 43, p. 195. Lachievresauvage est tres isnelle en courant et tres li grieve en saillant et en ist la char douce au goust et saine a manger [...] Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XVIII, 20, fol. 300v. Animal femelle qui se nourrit d’herbe*, porte des poils et des cornes, donne du lait, capable de se déplacer très rapidement. CHIEVRE Chievreest une beste toute commune, dont la char n’est pas bonne ne saine, car elle engendre mauvaiz sang. Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste, 1426, p. 187. Cet animal, en tant que la consommation de sa viande est déconseillée. ASSUB, ESTOILE CHEANT, DRAGON QUI VOMIT DU FEU Se ladite buee seiche a longueur et I. poi de leeur et ele soit embrasee el premier par parties et puis tantost embrase le remanant et ensemble, itel feu est apeléchievre, por ce que lachievrefet I petiz sauz des piez devant et ne se meuvent les piez derriere, et puis après, ainz que les piez devant aient parfaitement lor premier saut fet, ele saut toutes ensemble, et autressi fet icest feu, quar il s’emble au commencement par partiez petitez et puis si s’emble tot ensemble, et por ce semble son embrasement au saut de lachievre, por quoi il est appeléchievre. Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, chap. 4.

Apparition lumineuse faite d'exhalaison enflammée dans la zone sublunaire, météore igné.

Vos i conteroiz .xxxv., si comme la Chievre que Ennochius porte et les Chevraus que il soutient a ses espaules. Anon., Introductoire d’astronomie, ca 1270, XIV, 3, p. 44-45.

Etoile qui fait partie de la constellation du Cocher, et qui est associée à la pluie et aux tempêtes, chèvre.

CAPRICORNUS CAPRICORNE Cette appellation n'est pas attestée en dehors de l'aire anglo-normande, voir l'AND, sv CHEVRE. (J. Ducos) Capricornum dunerent/ a decembre e poserent,/ que nus "chevre" apelum. Philippe de Thaon, Comput, 1119, v. 14231425, p. 19.

Dixième signe du zodiaque, caractérisé par une constellation dont la forme ressemble à un capricorne.