nom fém.
date CENDRE
FEW II 1 684a : cinis Autres a lentilles : ele [la Sarazine de Meschine] met lie de vin en une fuille de fïer et mist quire une nuit de suz les cendres et le matin fist puldre et fait puldre de seneveie et de gingivre et de encens et destempre od vin et fait bullir en une racine k’um apele « pain porcin » desque il seit espés et de ceo uinst la face et fait puis la femme fumer sei de eve chaude et le matin laver la face od eve freide et issi fait dous nuiz u treis. Si la face devent ruvente, ele destempre os de secche et albun de of od eve rose et met sur la ruvure en un linge drap. Anon., Ornement des Dames, ca 1285, XIIIe s., p. 54. Item [contre gaunisse]. Vin de poume grenate et de poume macciane, cuite sous les cendres et envolepees d’estoupes moullies en ewe oste la gaune couleur des eus. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 64v. Ce qui reste de bois brûlés, en tant que, encore chaud sans être trop brûlant, il permet un mode de cuisson lent à l'étouffée, utilisé dans la préparation de certaines recettes médicales. xxi. Ad faciendos croceos. La Sarazine fist issi les chevouz gadnes : ele prist sarment de vinie et fist cendre, et cendre de fredne, tan de l’un cum de l’autre, et prist de galle plein main, et quist les un demi jur en eisil et lava les chevouz de lexive et puis de cel decocciun et lia la teste d’une guimple tute nuit, et les chevouz devindrent ghadnes et dura lungement. Anon., Ornement des Dames, ca 1285, XIIIe s., p. 44. Oste le crouste [causée par le noli me tangere] desus au rasoir et puis destempre pourre faite de sal gemme et de cendre de vies vignes et de vive cauc, d’arrement et de gravele de vin, de lessive faite de cendre de vies vigne en tel maniere que li emplastres soit espes et le met sus toute la nuit et fai onction environ de popelion o oile rosat, oste le l’endemain et se il i a piel, oste le au rasoir et puis destempre pourre de sal gemme o jus de plantain et met sus et puis aprés met desus fuelles de plantain entieres. Leve ançois bien le lieu de la devant dite lessive et le seche o un vies drapel et fai ensi par .IX. jours et quant l’apostume sera mortefiie, li chars apparra rouge, .1. poi embrasee, metans hors goutes de sanc, met adonc linaire trivlee o son jus qui vaut mult a curer et a garder de festre, l’autre jour la leve o la dite lessive et i met pourre de roses d’encens et de mastic et quant la plaie sera remplie, fai resaudure, si com nous avons dit es autres apostumes. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 29v-30r. Ce qui reste de bois brûlés, en tant qu'une fois refroidi, il est utilisé dans différentes préparations aux vertus médicales, notamment dans des poudres ou dans de la lessive*. Se c’est [enflure ou apostume des mameles], les mameles sunt aussi comme couleurs de cendre et çou qui en ist a coulour bleue u blonde u cendreuse. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 25v. Ce même résidu, dont la couleur spécifique sert à décrire l'aspect de la peau d'un patient et à établir un pronostic. Et aucuneffois la terre est trop moiste, sy i vault la cendre que l’en met dedans. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, 10227,1373, II, chap. 13, fol. 36r. Ceulx de Milan communelment sement lupins ou ilz doivent semer lin, mais avant que ilz sement le lin, ilz retournent en terre les lupins soient grans ou petis, car ce rend la terre plantureuse ; et encores vauldroit mieulx se ilz les arrousoient et temproient par avant. Et ilz accordent de toutes cendres que aussi font elles, et pour ce ilz ardent le fiens et le sement a la main et puis si arent la terre et la retournent ce dessus dessoubz. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, II, chap. 13, fol. 37r. L’en trenche en may et en juing tous les rainceaulx es bois des mons ; et puis quant ilz sont seichiez, on les art en aoust et les met on en cendres et l’espend l’en et la on seme le seigle et vient tres bien celui an. Et puis on le laisse reposer VII ans et puis l’en fait arriere une telle trenchiee et semee. Et se il n’y a nulz arbres, l’en trenche l’erbe avecques ses racines et un petit de la terre et la laisse l’en seichier ; et quant elles est seiche, on l’art et en telle cendre comme dit est l’en seme le seigle et puis la terre se repose VIII ans, et puis on recommence comme dit est dessus. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, III, chap. 22, fol. 68r. Poudre résultant d'une matière animale ou végétale consumée et répandue sur un champ pour amender la terre. Autressi comme des feuz et des chosez que le feu brusle remaint une chose terrestre que l’en appelle cendre que la caleur du feu ne peut pas degaster ne convertir en sa nature, ains remaint sauxe et amere. Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, II, fol. 22rb. Reste d’une combustion, qui est salé et contribue à la salure de la mer.