nom fém.
date CUCURBITE
FEW II-2 1460a : cucurbita CAOURDE CAOURDIER COGORDE COURGE CUCURBITA Cette forme est un calque du latin 'cucurbita', qui semble avoir le même sens générique que 'courge'. Taxinomie moderne : Famille : Cucurbitaceae. [C. Rochelois] […] plantes de tendre nature et doulce substance et qui ont grans mouelles et qui sont concaves, et longues avecques ce, si comme est la vigne et viticelle etcucurbiteet roseaulx et manieres de blez, froment, seigle, orge et avoinne et les semblables. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, II, chap. 4, fol. 27r. Plante rampante à fleurs blanches et grandes feuilles, et aux gros fruits* à graines et pulpe, qui pousse à l'état sauvage ou qui est cultivée. Aprés aussi il escouvient bien considerer les umbres et les regars du soleil, car aucunes choses ne croiscent et ne fructifient point bien fors que en l’ombre, si comme lacucurbite, courges et telles choses. Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, II, chap. 8, fol. 32v. Cette plante, en tant qu'elle est cultivée. L'estomac grievent cestes choses : navias, avellanes, nois, chastaingnes, Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, LII, p. 129. Cette plante, en tant qu'elle est un aliment froid et humide, difficile à digérer. […] et couvient a celui qui a gros cuir et dur, et qui ont estrois porelz, que tu oignes les leus des ventouses d’oile aperitif et dissolutif : se c’est en esteit, d'oile [f.63va] violet, ou d’oile d'amandres douces, ou d’oile de semence decucurbite; et se c’est en yveir, d'oile de cresson, ou de lis, ou de camomille, ou autre semblant. Anon. [Albucasis], Cyrurgie, ca 1250, fol. 63rb. Cette plante en tant que ses semences* préparées dans du lait sont utilisées pour assouplir la peau. COUCOURDE Lacucurbitedoit estre de bonne terre forte qui ne creigne et doit estre deux fois vitriee par dedens et doit estre la bouche de lacucurbiteassez plus large que le fons affin que le mercure c'est a dire son eaue qui est encorporee avecques la chaux puisse plus legierement ascendre et monter. ANON. [Arnaud de Villeneuve], Fleur d’Alkemie, XVe s., p. 99. Partie de l'alambic* en forme de courge et généralement en verre, utilisée dans les opérations alchimiques.