nom fém.
date CONSOMPTION
FEW II 1097b : consumptio ... la cause qui a ce souffiroit de necessité feroit aussi grant alteration en la terre voisine et grantconsumptionde son humidité. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, XXIII, 34, fol. 104r. Fait de se consumer, en parlant de l'humidité* élémentaire. Item trois choses semblablement sont a entendre en la confection : et decocion du ciros jusques a laconsumpcionde l'yaue. Anon. [Nicolas de Salerne], Antidotaire Nicholas 1, ca 1290, p. 101. Aultrement les emplâtres sont faitz sans mineraulx comme oxicroceum avec gommes, cire, poix et terebentine et aulcunes pouldres et par ceste maniere les gommes sont tribleez et trampeez par une nuyt en vin aigre ou en vin et au matin soient fonduez au feu et dissolveez jusques a la consompcion du vin ou du vin aigre. Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, tr. II, doct. 1, chap. 4. Fait de se consumer, en parlant de l'humidité contenue dans les ingrédients d'une préparation médicale lors de sa cuisson. A ce respont Aristotes, et premierement quant a ciauls qui ne menguent point et qui n'ont point d'appetit, et dit ainsy que c'est pour ce que cil se consument et degastent tout. Il woelt dire que cil, pour la dissolution etconsumptionou resolution de le humidité radical, qui se liquifie toute et descent en partie as piés, [...] et ainsi s'enflent. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 5, fol. 12r. Fait de se consumer, à propos de l'humidité contenue dans le corps humain. Cesteconsumptiontoutefois poet estre naturele, comme on voit en aucuns anciens qui continuelment se consument et anientissent. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 10, fol. 18v. Fait de s'affaiblir et de perdre du poids, en parlant du corps. PHTISIE ....epilencie, apoplexie sont engendrees, squinances ; es temps secz,consumpcions, ptisis, obtalmie, passions arthetiques, strangurie, dissintere. Martin de Saint-Gilles, Amphorismes Ypocras, 1362-1363, 67. Pource ausy que Aristotes parle de la mutation de l'air a serenité ou a tempeste, on poet dire que par serenité, il entent l'air net et sec et soubtil, et ainsy disposé a enduire u cors humain secheresce et a degaster le humidité naturele du cors et des membres, et per consequens de le preparer aconsumptionet a tysique. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 3 fol. 11v. Et pource est ceste maladie ainsi appellee, car ptisis en grec, c'estconsumptionen francois. Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 10, fol. 18v. Maladie des poumons caractérisée par le dessèchement.