adj.
date BUTIREUX
FEW I 665a : butyrum BUCTIREUX Sans que l'on puisse parler de véritable synonymie, l'adjectif butireux est très proche sémantiquement des adjectifs qui l'accompagnent dans les citations infra : mucillagineux et visqueux. La notion de /densité/ (qui s'ajoute à celle de /viscosité/) est sans doute ce qui le différencie sémantiquement des deux autres. Les contextes d'emploi peuvent en outre être différents. Voir ces mots. [I. Vedrenne-Fajolles] Selon ce que dit Avicene, ou IIIe du Canon, en la VIIe feu, ou premier chapitre, les cheveux sont engendrez d’une vapeur fumeuze resolvee du nourrissement et coagullee es porres du cuir du chief, et vient dessus et proprement quant telle vapeur ou fumée est visqueuze etbuctireuze, et non egueuze ne boeuze et est aussi, ce dit Ypocras, comme des arbresbuctireuxet visqueux, dont les fueilles ne défaillent ne decheent point ; et calvité ou privacion de cheveux peut estre ou diminucion et deffaut de telle matierebuctireuze, ou privacion du tout ; car aucune foiz telle fumee est trop moiste et trop egueuze, qui suffoque et estaint la chaleur naturelle du membre [...]. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 187. [...] si comme tu voiz en la semence de fenugrec, de psilium, de lin et des autres ; car quant elles sont trempees en eaue tiede ou chaude elles rendent une substance liquide,buctireuxeet grasse, vizqueuse et blance, et pour ce que le fleume qui est en telle boiste et en la hanche est aussibuctireux, visqueux, liquide, graz, blanc et muscillagineux, l’apelle Ypocras muscillages, c’est a dire fleume ou humidité qui est semblable a muscillages ; [...]. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 216.

Qui présente les caractéristiques de la butirosité*, qui est gras et onctueux, conglutinatif* et solidatif*, en parlant d'une humeur* produite par le corps*.

Si a le lait nature butireuse de beurre par laquelle il nourrist et repare. Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, IV, 5. [...] car adonc il [le lait] lave les boyaulx et mundifie par sa partie humide, c'est assavoir par le petit-lait, car il repugne au venin de la partie butireuse et fait les membres humides [...]. Anon. [Arnaud de Villeneuve], Regime santé du corps, 1480, 19.

Qui présente les caractéristiques de la butirosité*, qui est gras et onctueux, conglutinatif* et solidatif*, en parlant d'un aliment ou d'une boisson administrée au malade, en particulier du lait.

L'emploi du mot butireux dans le domaine de la botanique n'apparaît infra que dans des comparaisons présentes chez le médecin Martin de Saint-Gille, sans doute par analogie d'effet, le principal sémantisme véhiculé par le nom butirositéet par l'adjectif butireux étant celui de /(semblable aux) caractéristiques du beurre/, soit /(caractère) gras, visqueux et dense/. Le système d'explication analogique encore dominant dans cette période pour tout ce qui touche à la philosophie naturelle, en particulier en ce qui concerne les mécanismes internes, permet donc de rapprocher le fonctionnement du corps humain et celui des plantes. [I. Vedrenne-Fajolles] Selon ce que dit Avicene, ou IIIe du Canon, en la VIIe feu, ou premier chapitre, les cheveux sont engendrez d’une vapeur fumeuze resolvee du nourrissement et coagullee es porres du cuir du chief, et vient dessus et proprement quant telle vapeur ou fumée est visqueuze et buctireuze, et non egueuze ne boeuze et est aussi, ce dit Ypocras, comme des arbres buctireux et visqueux, dont les fueilles ne défaillent ne decheent point ; et calvité ou privacion de cheveux peut estre ou diminucion et deffaut de telle matiere buctireuze, ou privacion du tout ; car aucune foiz telle fumee est trop moiste et trop egueuze, qui suffoque et estaint la chaleur naturelle du membre [...]. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p.187. [...] si comme tu voiz en la semence de fenugrec, de psilium, de lin et des autres ; car quant elles sont trempees en eaue tiede ou chaude elles rendent une substance liquide, buctireuxe et grasse, vizqueuse et blance, et pour ce que le fleume qui est en telle boiste et en la hanche est aussi buctireux, visqueux, liquide, graz, blanc et muscillagineux, l’apelle Ypocras muscillages, c’est a dire fleume ou humidité qui est semblable a muscillages ; [...]. Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 216.

Qui présente les caractéristiques de la butirosité*, en parlant des arbres qui ne perdent par leurs feuilles ou des semences* de certaines herbes*.