nom fém.
date DOQUE
FEW XV-2, 63b docce

Taxinomie moderne: Polygonacées, Rumex aquaticus L., parelle. Le terme "doque" ou "lapatium doque" renvoie à l'un des trois genres de Lapatium. Les deux autres genres sont le Rumex scutatus L., soit l'oseille ronde; et le Rumex patientia L, soit la patience des moines. (SHP)

parelle Lapacium c'est une herbe que on appelle parelle ou doque [...] en est de III manieres car il y a lapacium doque ou parelle ague qui a feules agues. Il y a aussi la ronde qui a feules rondes [...] et si y a celle qui est domestique ou privee. Anon., Grant herbier (Secrets de Salerne), XVe s., p. 82.

*Herbe de haute taille, aux grandes feuilles pointues et dressées, qui pousse au bord de l'eau; parelle.

Si l’on en croit le blog d’herboristes amateurs normands, le nom vulgaire doque est encore employé en Nord Contentin (et plus au sud, ainsi que dans le reste de la Normandie, sous la forme doche). Or appellations régionales, cette plante est connue par ailleurs en France sous le nom vulgaire de patience. Il s’agit du rumex obtusifolius. La plante est parfois considérée comme de l’oseille sauvage, et fait bien partie de la même grande famille que l’oseille (rumex). Elle est toujours utilisée de nos jours, régionalement, pour calmer les démangeaisons créées par le contact avec une ortie. Le FEW donne à ce nom une origine germanique (anglo-saxon). Voir aussi le mot dock en anglais, qui désigne la même plante. [I. Vedrenne-Fajolles] […] et tu pues curer legierement [vessies et pustules u cuir] par la laveure de la couleure de bren ou de jus de fenoil et par vin aigre, on trivle doque o craisse vies et oing de cest ongnement fait de litargire le jus de doque et de vies craisse de porc et .1. poi de vif argent. Item. A çou fai oignement especial de jus de doque et d’oile laurier yvelment lb .1., de plonc brullé, de litargire yvelment onces .111., pierre de vin onces .11., d’argent vif once demie, oing cascun jour le pascient au soleil ou au fu, après çou cuevre bien le liu […]. Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 56v.

Cette herbe en tant qu’elle entre dans la composition d’onguents qui soignent vessies et pustules sur la peau.