APPLIQUER

APPLIQUER Sciences de la nature - Physique

verbe trans.

Etym FEW XXV 39b : applicare

Poser sur un corps naturel pour le soumettre à une action*.

Citations

  • Et pour ce que les rays et les influences de telz corps du ciel sont appliquiéz et esdreciés sus les cops de cibas par le mouvement du ciel et par ce les eschaufent.
    Nicole Oresme [Aristote], Livre du ciel et du monde, 1377, p. 444.

APPLIQUER Astronomie - Astronomie

verbe trans.

Etym FEW XXV 39b : applicare

Approcher de la conjonction avec une planète ou un point significatif du zodiaque.

Notes

  • APLIQUER

    APLICQUER

Citations

  • Le planete legier est cil quiapliqueet donne force, et le pesant est cil qui reçoit la force et la aplicacion sera quant il aura entre eus meins de la moitié de leur cors, et le legier ira au pesant.
    Anon. [Hali Abenrubian], Glose du Quadripartitum de Ptolémée, ms. BnF fr. 1349, début XIVe s., fol. 58va.
  • L'aplication des planetes e[s]t quant aucune planete s'aproche ouaplicquea l'autre selon aucun des regars dessusdicts ou par maniere de conjonction.
    Jean de Beauvau [Louis de Langle], Livre de la figure et de l’ymaige du monde, 1479, fol. 143.
  • [...] sur une conjunction [...] en l'uitiesme degré de l'Escorpion, qui fut des grandes, c'est assavoir de Saturne et Jupiter en mutacion de triplicité de l'air en aquatique, ou Mars le pernicieuxapliquoit.
    Simon de Phares, Recueil des plus célèbres astrologues, 1494-1498, X, 33.

APPLIQUER Médecine - Médecine

verbe trans.

Etym FEW XXV 39b : applicare

Soigner en plaçant un remède sur un organe*, sur une plaie, sur une partie du corps malade, notamment un onguent ou un emplâtre.

Citations

  • Le .3. est environ la maniere d'eslire medecine convenable aus plaies, et comment el leur doit estreapliquie.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 590, p. 149.
  • La maniere de curer ces choses desus dites o medecine qui est desus mise, est que emplastre de mauves soufist tant seulement a iceles, environ le quel .2. choses sont a entendre : la .1. de la maniere de confire ; la .2. de la maniere d'apliquier.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 820, p. 200.
  • Aprez, elles [medecines aromatiques] pevent estre administrees ouapliquees, quant a la vertu et aucune partie de leur substance ; et ce peut estre fait, ou en decoccion, […]
    Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 108.
  • Car, selon ce qu’il dit, s’ilz estoient par dehors ou les medecines et remedes pevent bien estre administrees etappliqués, puis qu’ilz [les chancres] sont confermez, si sont ilz incurables ; donques le sont ilz quant ilz sont dedens par plus forte raison […]
    Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 193.
  • Il samble dont que Aristotes woeille demander pour quoy c'est que onappliquecathaplasmes et tels choses par dehors au cors humain, quele est lors vertus et de quoy servent elles.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 30, fol. 33r.