AÜNER

AÜNER (Emploi passif) Médecine - Chirurgie

verbe trans.

Etym FEW XXIV 187a : adunare

Être réunies en vue d'être suturé, en parlant des deux côtés d'une plaie.

Notes

Citations

  • De la .I., c'est a savoir de la maniere de curer les plaies fraisches penetrantes a la concavité du pis, de quelque partie que ce soit, a savoir est que il sont auques par tel maniere curees, comme sont les plaies du cran qui sont penetrantes, c'est a savoir en ostant les extrinseques qui sont par dehors, ect., en faisant (les autres choses) et en donnant la poudre o le pigment, adjouste toutevoies que toutes ces plaies et les plaies du ventre doivent plus tost estre closes, et plus fort et plus espessement estre ahonniees etauneeset plus estroitement estre cousues, ja soit ce que il soient meneurs que les plaies des autres membres.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 1131, p. 262.

AÜNER (Emploi passif) Médecine - Médecine

verbe trans.

Etym FEW XXIV 187a : adunare

Être entièrement compris en un lieu du corps, de façon à avoir plus de force, en parlant d'une faculté comme la vision, être concentré.

Citations

  • Les partiez sontaüneesensemble et se fortefient por ce que les parties du contraire sont assembleez.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, fol. 13va.
  • Mais par ainsi asambler et restraindre les paupieres entour les yeuls, la visible vertu en est plusaüneeet par consequens plus forte, et ausi par ceste restriction et asamblee est plus petis li angles par lequel la veue se fait, et per consequens il est necessités qu’il en faicent la lettre plus petite.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, XXXI, 8, fol. 208r.

AÜNER (Emploi passif ou pronominal) Médecine - Médecine

verbe trans.

Etym FEW XXIV 187a : adunare

S'accumuler en un lieu du corps, de façon à avoir plus de force, en parlant du nourrissement qui est en train d'être digéré ou d'un principe vital comme la chaleur, se concentrer.

Notes

Citations

  • La premiere raison de ceste response regarde la digestion, car quant les jambes et li autre membre sont ainsi contrait et ploiié devers le ventre, comme Aristotes dit, il conforte grandement la chaleur naturele pource que la partie deseure du ventre et celle desoubs se traient et assamblent entour le milieu du ventre, et ainsi la chaleur se assamble etaüne, et per consequens se fortefie u ventre.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, VI, 3, fol. 134r.
  • Tu dois entendre que sur ceste matiere que vertu digestive est mesuree par trois disposicions : premierement quant le nourrissement est seminé, secondement quant il estaunyet tiercement quant il est assimilé, et quant disseminacion deffault on devient maigre.
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 5.

AÜNER (Part. passé.) Sciences de la nature - Météorologie

verbe trans.

Etym FEW XXIV 187a : adunare

Réuni par coagulation.

Notes

Citations

  • Chose coagulee, c’est a direaünee, ne se peut paz se mesler avec chose coagulee autressi comme quant elez sont en fourme de moisteur.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, fol. 14rb.