ATEMPRÉ

var ATREMPÉ

var ATEMPÉ

var ATTREMPÉ

var ATRAMPÉ

ATEMPRÉ Médecine - Diététique

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui est mesurée, modérée, en parlant de la diète indiquée par le médecin.

Citations

  • Por ce a ta convoitise met le frain, en mangier et en boire soiesatempées, et solonc que la nature demande, met mesure.
    Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, XXVIII.

ATEMPRÉ Médecine - Diététique

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui présente un bon équilibre des qualités*, une complexion* équilibrée, en parlant d'un aliment.

Citations

  • [...] Ensement puet om en cel tens user viandesatemprees, c'est a dire qui ne soient molt chaudes ne molt froides.
    Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 395.
  • Mais s’il [bouc] est castrés si vaut miex, por ce qu’il est atemprés [...].
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 125.

ATEMPRÉ Médecine - Médecine

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui présente une complexion* équilibrée, en parlant d'un membre*, du corps, d'un traitement, ou encore de non-naturels* comme notamment l'air environnant ou la saison de l'année.

Citations

  • Au propos de ce, le cyrurgien doit atendre que la complexion du temps, du jour, de l'eure soitatrempee, si com il est possible a celui temps, et que la constellation ne soit pas male, aussi com se la lune estoit empechiee ou conjointe en un meisme signe o mauveses planetes ou en mal regart, etc. et comme la lune est en la fin de la Livre ou au commancement de l'Escorpion par .11. grades, ou comme ele est conjointe ou opposite au souleil, ou comme elle est en signe qui a regart au membre au quel incision doit estre celebree ; et de ce dit Tholomé ou Centiloge : trenchier les membres o fer, comme la lune eest en signe segnefiant sus ces membres est orrible chose.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 2162, p. 202.
  • Le cuir est le .14. membre consemblable ou official, compost, purement spermatique, nerveus, fort, tenant, moien entre durece et molesce, flexible, moult sensible, tenve, d'atrempeecomplexion, avironant tout le cors de la partie dehors.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 107, p. 36.
  • [...] les fames qui ont les marricesatrempeeses unes et es autres qualitez sont generatives.
    Martin de Saint-Gilles, Amphorismes Ypocras, 1362-1363, p. 87.
  • Pourquoy nous devons savoir que la couleur naturelle de tel sang [le sang menstru] est double : l’une est generale et commune, et ceste cy en fameatrempee, usant de bon gouvernement en toutes choses, doit estre si comme la couleur de sang de bouc nouvellement decolé, ce dit Aristote au IXe livre desBestes; [...].
    Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 113.
  • Et la cause si est car ver est un tempsatrempé, et se commencent les humeurs a esmouvoir qui avoient esté tapies mucees et recloses en l’iver pour la froidure […].
    Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 205.
  • Et toutes telles choses sont apellees des medicins anodines c'est a direatrampeeset mitigatives de doleur.
    Nicole Prevost [Guillaume de Salicet], Cirurgie, 4e quart du XVe s., II, 24.
  • Se l'air est pur et attrempé en ces qualitez il est moult proffitable a conservation de la vie.
    Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XI, 1, fol. 157r.

ATEMPRÉ Sciences de la nature - Météorologie

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui présente une température modérée et un bon équilibre entre chaleur et sécheresse, en parlant d'une région terrestre.

Citations

  • Alcune feiz quant li solalz/Vers nus ici fet ses chalz/ Icele zone estatempree, /Mes des hommes n’est pas habitee.
    Anon., Petite Philosophie, ca 1225, 449-452.
  • Et pour ce elle [la partie ou nous sommes] est attrempee et habitable et l'autre non.
    Nicole Oresme [Aristote], Livre du ciel et du monde, 1377, II, 7, p. 352.
  • La rousee est faite quant le temps est attrempé si comme nous avon dit, quar le mol vent etatempréest traiant au chaut et au moiste.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, fol.13va.

ATEMPRÉ Astronomie - Astronomie

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui est mesuré, modéré en parlant d'une sphère.

Citations

  • Ychelle espere est dicte li grans espere et est drois et plusatempréset plus hastius de toutes les autres esperes [...].
    Anon. [Léopold d’Autriche], Compilation de le science des estoilles, ca 1300, 58.

ATEMPRÉ Sciences de la nature - Météorologie

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui est modéré en température et en humidité, en parlant du temps qu'il fait, d'un lieu ou d'un vent.

Citations

  • Et a generalement parler le gresil est fet en temps et en lieuz atemprés que pas ne sont trop froit et la noif n’est faite fors en trop froit temps ou en trop froit lieu.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, fol. 14r.
  • Et por ce est volentiers rousee en temps atempré sicomme en ver et non pas quant le temps est trop sec, mes la rimee est faite quant le temps est plus froit et ce peut l’en bien prover a la buee, quar, en tant comme ele est buee, ele est plus chaude que eve, quar ele a encore la calor qui contremont la lieve, et por ce covient il le temps estre plus froit a fere la buee engeler en forme de rimee que a faire devenir eve.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, fol.13r.

ATEMPRÉ Sciences de la nature - Physique

adj.

Etym FEW XIII-1 174a: temperare

Qui présente un bon équilibre des qualités* ou bien les qualités* réputées les meilleures pour la naissance et le maintien de la vie, en parlant du lieu de la génération ou de la complexion d'un être vivant.

Citations

  • [...] car le lieu de la generacion doit avoir proporcion ad ce qui est engendré, aussi comme il est gardé en lieu proporcionnel, autrement ne pourroient les choses estre engendrees ne gardees ; le poisson ne pourroit estre nourri ne engendré en l’air, combien qu’il soit plus atrempé que l’eaue et aussi ne seroit l’omme en l’eaue ; et la cause si est que l’air n’est pas le lieu proporcionnel aux poissons, ne l’eaue a l’omme.
    Martin de Saint-Gilles, Comment. Aphorismes Ypocras, 1363, p. 128.
  • Toutefois, a parler generalment, les complexions se poeent ramener a .ix. diversités dont l'une est dite equal etatempree, et les autres .8. s'eslongent de atemprance et du moyen. La complexion equal ouatempreese poet ymaginer en .ii. manieres : l'une est que les vertus et les qualités contraires des .4. elemens soient mellees ensamble si equalment que l'une ne sormontece point l'autre ne ne soit sormontee ausi d'ycelle, et de ce viengne une qualités moyenne entre ces .4., et une complexionatempreeet equal simplement et absolutement, ausy comme on porroit ymaginer que d'yaue tres chaude et d'yaue tres froide mellees ensamble ystroit tepidités qui est li drois moyens entre tres chaut et tres froit.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 1, fol.3r.