COMBUST

COMBUST Médecine - Médecine

adj.

Etym FEW II-2 940a : comburere

Brûlé et corrompu* à cause d’une chaleur* excessive.

Notes

Citations

  • Les [medecines] cicatrisatives ausy doivent estre plus seches que les .ii. manieres de medecines devant dites, mais les unes sont plus chaudes, si comme alun et vitreolcombust, et les autres plus froides, si comme balaustes et litarge.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, I, 49, fol. 48r.
  • ...car il est colorique aduste avec calefaction du foye et les yeulx jaunes et que c'est en temps du paroxime ouquel il est toutcombusteet par especialles les reins.
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 9.
  • Se c'est par dedens, c'est retencion de sperme ou de menstrus ou d'umeurs qui courent ou lieu, si come est sang ou colere ou fleume ou melancolie ou ventosité simples ou compostes et l'umeur peut aulcuneffois estrecombuste, aulcuneffois non.
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VII, 11.

COMBUST Astronomie - Astronomie

adj.

Etym FEW II-2 940a : comburere

Qui est en conjonction avec le Soleil et donc brûlé par lui, notamment pour une planète.

Notes

Citations

  • Mercures est el .vj.me cercle qui se tient pres del Soloil, ne ne s’en puet moult eslognier et est sovent retrogrades et soventcombustzet sovent repouz desouz les rais del Soloil, et por ce que il soeffre moult sovent combustion et retrogradation et defaute de sa clarté por la prochieneté del Soloil, fu assimilez as emfers et as endoibles de cors qui ne unt nule force.
    Anon., Introductoire d’astronomie, ca 1270, LXXVIII, 14, p. 80.
  • Comme la cantité du rais du planete se touche avecques les rais du Soleil, il est appellécombust.
    Pèlerin de Prusse, Elections universelles des douze maisons, 1361, fol. 53.
  • La debilité des planetes est quant ilz sont en lieux qui ne leurs sont pas bien propres ou co[n]grus, doncque quant ilz sont en l’oposite des maisons et de leurs exaltacions ou autres dignités [...], aussi quant ilz sont apliquez aux corrumpuz et mauvais et quant ilz sont soubz les rais du Solail et retrograde et en voiecombusteou brullee, et ainsi est il des autres choses semblables.
    Jean de Beauvau [Louis de Langle], Livre de la figure et de l’ymaige du monde, 1479, fol. 142-142v.