CORPS

CORPS Médecine - Médecine

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Ensemble des membres* et des humeurs* qui, en association avec l'âme, forment un être humain, et qui fait l'objet de la science médicale*.

Citations

  • Tut lecorsest en langur / Quant le chef susprent dolur.
    Anon., Novelle Cirurgerie, ca 1250, v. 1-2.
  • […]corpshumain sanable et egrotable est subject en cirurgie.
    Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, chap. sing.
  • Quelle chose soitcorpshumain ? pour ce que d'icelluy est fait sermon en toute medicine, il appert que c'est ung tout aourné de rayson, composé de plusieurs et diverses particules ou membres.
    Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, tr. I, doct. 1, chap. 1.

CORPS Médecine - Médecine

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Ensemble des membres* et des humeurs* qui forment un être humain, en tant qu'ils sont dans un état d'équilibre.

Notes

  • Note encyclopédique L'idée d'un retour du corps dans la citation peut faire référence à une reprise de poids, mais aussi plus largement à une reprise de force, pour revenir à l'état d'équilibre initial. [I. Vedrenne-Fajolles]

Citations

  • Se aucun yst de la maladie, boive bien et mengne [cor. mengüe] , et que lecorpsne reviengne, c'est malvaiz signe.
    Martin de Saint-Gilles, Amphorismes Ypocras, 1362-1363, p. 62.

CORPS (corps du nez) Médecine - Anatomie

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Canal* du nez.

Citations

  • Et se li fistule est sanee per le cautere que nos avons dit, c'est boin. Se ce non, si covient aministrer pertus au neif, et ramener la fistule aucors dou neifselonc ceu qu’il covient en som propre leu.
    Anon. [Albucasis], Cyrurgie, ca 1250, fol. 6va.

CORPS Sciences de la nature - Physique

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Ensemble naturel constitué d’une forme et d’une matière, cette dernière pouvant être formée d’un élément ou d’un mélange entre plusieurs éléments.

Citations

  • Et est autretant a dire ether commecorsqui toz jors se meut, et por ce li donnerent il tel non a ce que ele ne fust apelee par nul des nons des IIII elemens,
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, chap. 2.
  • Vent est lecorsdu monde qui plus fort peut mouvoir autrecors.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, II, fol. 28va.
  • Car des choses natureles, les uns si sontcorpset magnitudes, sicomme sont les pierres et teles choses qui sont sanz ame, et les autres ontcorpset magnitude, comme celles qui ont ame, quar une beste acorpset aussi elle puet estre ditecorpset les autres sont principes ou causes des choses qui ontcorps, si comme la forme ou la matere ou les elemens.
    Nicole Oresme [Aristote], Livre du ciel et du monde, 1377, I, 1, p. 44.

CORPS (Corps céleste, du ciel, célestitial) Astronomie - Astronomie

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Corps appartenant à la partie la plus haute du ciel, qui ne se modifie pas matériellement, étoiles ou planètes.

Citations

  • Et por ce [Dieu] volt et ordena que sa volentez descendist premierement de lui as cors et a[s] creatures celestiaus et d’ilueques as choses ça desouz, por la quele chose il balla par devin consuel toute la region de la terre a l’arbitre del ciel et si cum li peres qui avoit et a pitié de ses creatures, il balla et commist toutes les terrianes choses et lor fortunes a la foi et a la porveance des creatures et descors celestiaus.
    Anon., Introductoire d’astronomie, ca 1270, fol. 7ra-7rb, p. 30.
  • Nous apelon lecors du cielles planeitez et les estoiles fichieez, et sont VII planeites et a chascune son ciel dont il est parti.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, I, chap. 1.
  • Li aucun d'ichiaus qui destruisent le science d'astronomie disoient que licors celestrene sont riens es coses de che monde […]
    Anon. [Léopold d’Autriche], Compilation de le science des estoilles, ca 1300, 87.

CORPS Géométrie - Géométrie

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Objet géométrique qui comporte longueur, largeur et profondeur.

Citations

  • Pour sçavoir la contenance d'uncorpscubic, il convient mesurer la superficie d'ung des boutz, et puis icelle multiplier par sa longueur, et on aura ce que l'on demande.
    Nicolas Chuquet, Géométrie, 1484, 135.

CORPS Arithmétique - Arithmétique

nom masc.

Etym FEW II-2 1212 et 1215a : corpus

Nombre entier représenté comme une figure géométrique en volume.

Notes

  • Note encyclopédique On utilise parfois la locution 'figures corporelles'

Citations

  • Il sont ausi aucun aultre nombre, qui sont appelécorporelet solide, pource qu’il ont regart a .3. dimensions, a la similitude des corporeles choses qui sont estendues du lonc et du lé et du parfont ausi. Et generalment, ce sont li nombre qui sont engendré par la multiplication de .1. nombre en .1. aultre .2. fois, si comme on diroit que .2. fois .3. fois .3. font .18., et .3. fois .3. fois .4. font .36., qui sont nombre 1 solide, Et ainsi de tous autres samblables.
    Evrart de Conty [Aristote], Problemes, ca 1380, XV, 1-5, fol. 4r.
  • Note premierement les vocables generalz de geometrie quantité continue généralement se divise en troys parties c’est assavoir : ligne, plan etcorps[...]Corpsest une chascune chose qui a longueur, largeur et profondeur duquel des termes est le plan. [...] Lecorpssemblablement a quasi infinies parties ce est a dire que ilz sont infinies figures decorps.
    Mathieu Préhoude, ms. Bibliothèque Malestiana S-XXVI-6, 1476, fol. 124r.