CAOURDE

CAOURDE Sciences de la nature - Botanique

nom fém.

Etym FEW II 2 1458a : cucurbita

Plante à grandes feuilles, qui contient de nombreuses graines.

Notes

  • var COHOURDE

    CUCURBITA

    syn CAOURDIER

    Note encyclopédique Il est possible que ce terme renvoie à une variété particulière de courge, difficile à préciser en l'absence d'autres informations botaniques. Taxinomie moderne : Famille : Cucurbitaceae. [C. Rochelois]

Citations

  • Cohourde, cucurbita en latin, c’est une herbe qui a fueilles larges et porte multitude de semence en manière de pot [...]
    Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste, 1426, p. 191.

CAOURDE Médecine - Diététique

nom fém.

Etym FEW II 2 1458a : cucurbita

Cette plante*, de nature froide* et humide*, dont on utilise la chair comme aliment, ainsi que les graines et les racines en décoction pour préparer divers remèdes.

Notes

  • var CAHORDE

    syn CAOURDIER

    CUCURBITA

    Note encyclopédique En tant qu'aliment froid et humide, cette plante doit être consommée en été. Ses pépins sont utilisés pour permettre la maturation des apostumes, pour soigner la jaunisse lorsqu'elle est associée à de la fièvre ou encore pour traiter les problèmes de reins et de vessie.

Citations

  • Tot avant [por le matere meurer], fera une decoction de violetes, de poumes, de semence decahordes, de melons, de citroles, d’ierbes froides si com de politricum, adyemptos, capillli veneris, et une rachine de fonoil, et de sebesten, et de jujubes […]
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 51.
  • Et doit mengier [en esté] viandes legieres et froides, si com sont poucin au vert jus, laitues, porcelaine, melons, citrons,cohourdes, pronnes, puns, les poissons ke nous vous avons noumés
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 64.
  • il [les cheveux] cherront a plainté (…) et doit user coses froides et moistes, si com laitues, airaces, melons,cohourdes, poissons, char de porc freke, piès de buef ou de mouton ; et pains de soile est moult boins à mengier à l’ewe froide, mais qu’il ne soit viès.
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 86.
  • [pin] broiés avoec semence dechoourdes, ostent l’arsure et le doleur de rains et de le vesie qui par orine avienent, et destruit le pierre des rains, et encraisse, et doune talent d’user femme.
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 155.
  • Por quoi dois eschiever chaudes viandes et seches qui engendrent rouge coulore e doit om mangier les viandes qui sunt de froide et moiste complexion, que la nature ne passe droite temprure, cum sunt la char de vel od vin aigre, pulmens et potages de farine d'orge,courdeset pommes grenates, meures de meurier et autretez viandes...
    Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 390.
  • Item. Se gaunisses vient de caleur de sanc ou de cole, cure la issi : leur diete soit froide, si com laitues, scariole, morele, cycoree. Item. Leur boires soit la decoctions de semences de carules, cucumeres,caourdes, se il sunt o fievre ; se non, tu leur pues douner vin blanc tempré de l’eve devant dite.
    Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 64v.
  • Cohourde, cucurbita en latin, c’est une herbe qui a fueilles larges et porte multitude de semence en manière de pot et est de froide et moiste nature et proffite aux coleriques, maiz elle nuist aux aultres communelment.
    Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste, 1426, p. 191.
  • Item y servent [au pommon]caourdesconfites au cucre, feves, poys gris que les phisiciens apellent faseoli et nous les nommons breiges pois.
    Anon. [Guido Parato], Regime de santé, 1459, fol. 19v.