CORIANDRE

CORIANDRE Sciences de la nature - Botanique

nom masc. ou fém.

Etym FEW II 1184b : coriandrum

Plante aromatique annuelle d'aspect élancé, au feuillage et à la tige verts et aux fleurs blanches ou rose pâle.

Notes

  • var ALCOSBARA

    var ALCOSULIBAR

    var ALCORBUSAR

  • Note encyclopédique Taxinomie moderne: Coriandrum sativum L., famille des Ombelliferae.

CORIANDRE Médecine - Pharmacopée

nom masc. ou fém.

Etym FEW II 1184b : coriandrum

Graine desséchée de cette plante, qui favorise la digestion et est employée pour lutter contre toutes sortes de maux et notamment contre les douleurs d'estomac.

Notes

Citations

  • Autre maniere d'emplaustre a la restoration de la brisure de l'os et por amenusier lou remenant de l'aposteme. Pren racine de vismalve, camomille, flors de violettes, farine de veces, de chescune une partie; et broie,et confis avec vin, et se li membres est eschaufez, se le confis avec aigue decoriandremoiste, ou d'aigue, et en use.
    Anon. [Albucasis], Cyrurgie, ca 1250, fol. 66vb.
  • Corriendreest chaude et seiche el segont degré [...] El conforte et feit bonne digestion et degaste ventosité.
    Anon. [Matthaeus Platearius], Livre des simples medecines, 2nde moitié du XIIIe s., p. 60.
  • Lacorïandrefreidor a / Sicum Macre tesmonïa / As vers dou ventre seit donnee/ Triblee o vin en of meslee. / Sa semence o eue beüe / La coirssun estraint e remue. / O vin eigre meslé le jus / Vaut au seint fou froté desus. / A mie dou pain e meslee / Vaut e a tote chaude enflee. / Qui i met de feves farine / As escroëlles fait mecine. / Qui qui fievre tierceine avra / De corïandre menjera / .iii. grains avant que la Freidor / De la fievre viengne cel jor. / Tant grains com fene en menjera, / Tant jorz espurgement n’avra. / Cil qui longuement l’usera Ou cors grans maus engendrera.
    Anon. [Macer], Herbier, ms. Princeton U.L. Garrett 131, ca 1250, v. 2097-2116.
  • Coses froides por user à chiaus ki [l’] ont caut si sunt : parles, margerites, canfre, sandales blances et rouges, coral blanc et rouge, roses, carabé, spode, terre sigillata, et pumes, etcoriandresec et vert.
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, 107.
  • Altre [contre les berbelettes – barbulis] : triblezcoriandreet roses et destemprez od jus de herbe beneit et metez od tut un poi de vif argent et de savun et ungiez la face.
    Anon., Ornement des Dames, ca 1285, XIIIe s., 62.
  • Dont pert par ce que nos avons avant dit que les viauz leitans sunt les milhors et plus saverous et plus a prisier et aprés ceus les boves qui tiennent le second degrei, cum ai dit, et maiement s'il soient atirei od vin aigre, mente, persil,coriandre, poivre, canelle.
    Jofroy de Waterford, Secret des Secrets, Diet., ca 1300, l. 1267.
  • Les choses que l'en doit metre dessus sont craie poudree ovec vin aigre ou lentilles avec vin aigre ou pain entaint de vin aigre et de eaue (de) rose oucoriandrevert ovec vin aigre.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 1743, p. 107.
  • Les beuvrages sont : semence de altee (altea est guimauve) 3.5. Soient cuites en 1b de eaue et 3.1 ; de vin, et soit beue ; ou (fueilles de altee 3.1. et f. 3.2. de sirop de chenevis ou decorriandresec poudré et de sucre aa 3.1 et f.. Soit beu ou (o) eaue froide ou ovec le jus d'aucune herbe froide, si comme laitue et semblables ou le sirop de agreste.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, 1742, p. 107.
  • Lecoriandreest de pluseurs vertus composé, si comme dit le Maigre en son chapitre, car il est froit si qu’il tue les vers ou ventre, si comme dit Galien ; et si est si chaut qu’il esmuet les gens a luxure, si comme dit Ysidoire.
    Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XVII, chap. XXXIX.
  • Coriandrea oudeur aromatique et souesve.
    Anon., Grant herbier (Secrets de Salerne), XVe s., p. 55.