BORAX

BORAX Sciences de la nature - Minéralogie

nom masc.

Etym FEW : ∅ ; arab.: būraq

Substance visqueuse extraite d'un arbre, gomme chaude* et sèche*.

Notes

  • var BORRAX

  • Note encyclopédique D'après l'article de Danielle Jacquart, "Notes sur la traduction latine du Kitāb al-Manṣūrī de Rhazès", paru dans Revue d'histoire des textes (tome XXIV, CNRS, 1994, pp. 359-374), le terme borax ou baurach est issu de l'arabe būraq, ou encore baūraq, de l'arabe maghrébain bau̮ráq, forme elle-même issue du persan būrāh.(F. Picard et A. Sanchez). Le borax est considéré comme la gomme d'un arbre alors qu'il s'agit d'un minerai, le tétraborate de sodium, B4 O7 Na2, 10 OH2. La classification médiévale pose problème, puisque l'ingrédient a changé de catégorie, du botanique à la minéralogie.

Citations

  • Borraises chauz et ses el segont degre. C'est la gome d'un arbre qui croist outramer.
    Anon. [Matthaeus Platearius], Livre des simples medecines, 2nde moitié du XIIIe s., p. 26 et p. 27.
  • [contre goute-rose] Aprés çou essue li sa face d’une vies guimple et oing d’ongnement que tu troveras u capitre de impetige ou de cest ongnement. Pren ferine d’orge et de fenugrec et d’eben roge ouboraxrouge yelment, confis le o le jus d’oignon et o le miel escumé et fai oingnement, autre trivle nois o colophoma et amidun yvelment et fai emplastre et met desus toute la nuit mais fai avant estuves, l’autre jour oing de cest ongnement.
    Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 48r.
  • Borrax, c'est la gome d'ung arbre qui croist oultremer
    Anon., Grant herbier (Secrets de Salerne), XVe s., p. 43.

BORAX Médecine - Pharmacopée

nom masc.

Etym FEW : ∅ ; arab.: būraq

Cette gomme, en tant qu'elle est utilisée pour ses vertus médicinales, notamment contre les tâches sur le visage.

Citations

  • Borraises chauz et ses el segont degre. C'est la gome d'un arbre qui croist outramer. [...] Por oster les taches et à fere clare face. Prenez eve rouse et faites poudre deborraiset confisiez ensemble.
    Anon. [Matthaeus Platearius], Livre des simples medecines, 2nde moitié du XIIIe s., p. 26 et p. 27.
  • [contre goute-rose] Aprés çou essue li sa face d’une vies guimple et oing d’ongnement que tu troveras u capitre de impetige ou de cest ongnement. Pren ferine d’orge et de fenugrec et d’eben roge ouboraxrouge yelment, confis le o le jus d’oignon et o le miel escumé et fai oingnement, autre trivle nois o colophoma et amidun yvelment et fai emplastre et met desus toute la nuit mais fai avant estuves, l’autre jour oing de cest ongnement.
    Jehan de Prouville [abbé Poutrel], Chirurgie, ca 1300, fol. 48r.