DÉPURER

DÉPURER Médecine - Médecine

verbe trans.

Etym FEW III 45b depurare

Débarrasser le corps des matières qui en altèrent la pureté, purifier.

Citations

  • Et ne devés mie penser que por le parer ait plus grant caleur que li viès, car le parer fait il por ce que li caleurs qui est ou vin, veut li grosse et li wischeuse matere departir et depurerdont il est fais.
    Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 1256, p. 118.
  • [...] la .2. pour ce que l'esperit visible, passant par li venant du cerveil a l'umour cristalline, i soit depuré.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 227, vol. 1, p. 65.
  • [...] ilz [les intestins] attrayent pour tout le corps, sicome l'esplain attrait melancolie et chisis fellis la colere, jassoit ce qu'ilz n'ayent entendement ne raison pour depurer le corps […].
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 16.
  • Se c'est pour membres voisins, c'est pour chisis fellis qui n'a pas bien mundifié ou qu'il n'a pas bien depuré l'esplain ou c'est par abundance de humeurs sicomme en ceulx qui sont mutilés ou tronqués.
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VI, 2.
  • Exemple de la mondifficacion et de la est heue es herbes et des racines lesquelles convient que soient nectoyeez et depureez, c'est chose notoire a tous.
    Nicolas Panis [Guy de Chauliac], Chirurgie, ca 1450, tr. VII, doct. 1, chap. 4.

DÉPURER Sciences de la nature - Météorologie

verbe trans.

Etym FEW III 45b depurare

Devenir plus clair et pur par la disparition de vapeurs humides, en parlant de l'air.

Notes

  • syn CLAREFIÉ

Citations

  • Et por ce que nient de vent ne demeure en l’air, por ce n’est pas l’air depuré ne clarefié et en apert le soleil plus trouble.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, II, fol. 29 va.

DÉPURER (part. passé en emploi adj.) Alchimie - Chimie

verbe trans.

Etym FEW III 45b depurare

Dont la matière est sans mélange et pure, naturellement ou par une opération alchimique.

Notes

  • syn AFFINÉ

Citations

  • or entre les autrez metauz est celi qui nienz a de seiche buee terrestre meslee avec soi, mez toutez voiez en i a il quel poi que ce soit, et por ce qu’il en i a si petit, por ce ne souffist il paz a fere embrasement, et c’est voir especialment en l’or qui est bien depuré et afiné.
    Mahieu le Vilain [Aristote], Meteores, ca 1285, III, fol.39 va.