CROCODILE

CROCODILE Sciences de la nature - Zoologie

nom

Etym FEW II 1357a : crocodillus

Animal vivant à la fois dans l'eau et sur la terre, au cuir jaune résistant, dangereux pour l'homme.

Notes

  • var COCODRILLE

  • Note encyclopédique 'Cocodrille', avec une métathèse, est la forme courante en français médiéval. Ce n'est qu'à partir du milieu du XVIe siècle que la forme 'crocodile' la supplantera. Si 'cocodrille' est plutôt masculin, on le trouve aussi employé au féminin, par exemple dans la version longue du 'Bestiaire' attribué à Pierre de Beauvais. Le caractère amphibie du crocodile explique qu'il soit tantôt présenté comme un poisson (chez Jean Corbechon), tantôt comme un serpent d'eau ou comme une bête (dans le Bestiaire). La description relativement précise de Brunet Latin retient quelques traits importants de la représentation du crocodile dans la tradition encyclopédique médiévale. On raconte qu'il est pourvu de grandes dents et de grandes griffes, mais dépourvu de langue, et qu'il est le seul animal capable de mettre en mouvement sa mâchoire supérieure. Il a des ennemis féroces qui lui déchirent le ventre (l'hydre chez Brunet Latin ; un poisson du Nil appelé 'dauphin' chez Jean Corbechon). Dangereux pour l’homme, il peut néanmoins être apprivoisé. [Cécile Rochelois]

Citations

  • Une beste est que on apelecocodrilleet une autre beste que on apele ydres, et cele converse en l'aighe de Nill. [...] Li ydres est .I. serpent lonc et graille, et lacocodrilleest .I. serpent marage.
    Pierre Beauvais, Bestiaire, 3e quart du XIIIe s., av. 1268, 42, p. 194.
  • Home a .4. mendibles : .2. dessous et .2. desus. Celes desus sont inmouvables en toutes bestes, fors oucocodrille.
    Anon. [Henri de Mondeville], Chirurgie, 1314, chap. 247, p. 71.
  • Quant au lieu ou [les poissons] vivent, il a grant diference entreuls car aucuns vivent en l'yaue seulement et les autres vivent partie en eaue et partie en la terre et ceuls ci nagent et vont sus la terre si comme font lescocodrileset les chevauls d'yaue et mout d'autres qui vivent en terre et en yaue.
    Jean Corbechon [Barthélemy l’Anglais], Proprietés de choses, 1372, XIII, 25, fol. 187r.