BISMAUVE

BISMAUVE Sciences de la nature - Botanique

nom fém.

Etym FEW IV, 422b  : hibiscum

Herbe* sauvage à racine blanche, à tige haute, avec de grandes feuilles et des fleurs de couleur blanche ou rosée, guimauve.

Notes

  • nomen ALTEA,

    syn GUIMAUVE,

    syn ALTEE,

    syn HAUTE MAUVE,

    syn MALVEVISQUE,

    nomen EVISCUS,

    nomen IBISCUS,

    nomen BISMALVA

    var BISMALVE

    var BISMAULVE

    var BIMAUVE

  • Note encyclopédique Taxinomie moderne traditionnelle:Althaea officinalisL. (famille: Malvaceae). Taxinomie moderne selon la classification phylogénétique:Althaea officinalisL. (famille: Malvoideae). Pour les auteurs médiévaux, labismauveest une mauve sauvage, par opposition à la mauve cultivée, la première s'élevant plus en hauteur que la seconde, ce qui explique l'existence de la locution synonyme haute mauve.. [F. Vigneron]

Citations

  • Mauve est froide et moiste el segont degre. II manieres en sunt : la domesche [...] la sauvage que l'en claime guimauve etbismauve.
    Anon. [Matthaeus Platearius], Livre des simples medecines, 2nde moitié du XIIIe s., p. 116-177.
  • […] et si y a bimauve, qui croist plus hault et est moins froide et moins moiste [que la mauve cultivée] […].
    Anon. [Pietro de' Crescenzi], Livre des prouffitz champestres et ruraulx, 10227, 1373, VI, chap. 76, fol. 172v.

BISMAUVE Médecine - Pharmacopée

nom fém.

Etym FEW IV, 422b  : hibiscum

Cette herbe* en tant qu'elle a la propriété de relâcher les intestins.

Citations

  • Se c'estoit hernie intestinale, on doit mollifier les intestins qui sont descendus en eaue de décoction de malve etbismalveet puis le doit on enverser et remettre les intestins en leurs lieux et puis il doit porter une braye de fer a une lievre en maniere d'ung demy cercle.
    Anon. [Bernard de Gordon], Pratique Fleur de lys, ca 1470, VII, 7.
  • La primiere opération est que la maulve mollifie le ventre, car c'est une des medecines remollitives, car il sont quatre medecines remollitives, c'est assavoir maulve,bismaulve, la marcure ou vinette, et brache ursine, desquelles communement sont faites cristeres remollitives pour lachier les feces endurcies.
    ANON. [Arnaud de Villeneuve], Regime santé du corps, 1480, 110.